Ibakus Europe, regtech luxembourgeoise positionnée sur le marché des applications Cloud et pionnière en matière de KYC et de procédures anti-blanchiment, continue sa croissance au Luxembourg, Belgique, France et Angleterre.

 

« Cette croissance s’explique par la popularité de l’application IBAKUS®KYC, qui draine les nouveaux clients. Il s’agit d’une solution de conformité anti-blanchiment/KYC qui simplifie la vie des petites et moyennes structures visées par la 4edirective européenne »comme l’explique Michel Vansimpsen, CEO d’Ibakus Europe.

Croissance de la société

La société Ibakus Europe a été créée en 2007. Ce n’est que plus tard, en 2015, qu’Ibakus a développé un outil anti-blanchiment/KYC. Le développement commercial s’est concentré à ses débuts au Luxembourg, et maintenant, l’application commence à se faire connaître dans les pays limitrophes. Les clients français, belges et anglais sont de plus en plus nombreux.

IBAKUS®KYC prône la réduction du coût de conformité et de risque client, la simplification des procédures, ainsi que la conformité rigoureuse par rapport aux textes des lois. Elle s’adresse aux petites et moyennes entreprises concernées par la 4e directive européenne.

M. Vansimpsen : « Le budget à prévoir dépendra de plusieurs facteurs comme le nombre de clients et la périodicité des vérifications sur la base de données, mais nous pouvons dire qu’une société qui a 100 clients payera environ 150 euros par mois ».

Les professionnels concernés par la 4e directive européenne sont nombreux.

Il s’agit des Personnes (physiques ou morales) du droit et du chiffre au sens très large. Il y a bien sûr les différents organismes bancaires et de crédit, les auditeurs, les conseillers fiscaux, mais aussi les experts-comptables, les notaires, les avocats, les prestataires de services aux sociétés et aux fiducies/trusts, les agents immobiliers, etc.

Michel Vansimpsen : “Les sociétés qui ne sont pas conforme par rapport à la 4e directive risquent des sanctions financières importantes, sans parler du risque médiatique qui peut détruire une réputation en un clin d’œil. Les petites et moyennes structures, qui sont donc soumises au même titre que les grandes à la 4e directive, n’ont pas forcément les moyens d’intégrer une spécialisation de compliance. Ils se tournent donc vers une solution virtuelle comme la nôtre ».

Même si le nombre de clients est en train d’augmenter à grande vitesse, la société IBAKUS Europe a bien l’intention de quintupler le nombre d’ici la fin de cette année 2018.

Contact Presse:
Martin Stoz – Digital & Communication Manager
comm.manager@ibakus.com
+352/26 97 69 84

Print Friendly, PDF & Email